Présentation

L’éolien en mer est une énergie renouvelable qui doit permettre à la France d’atteindre ses objectifs en matière de transition écologique, notamment en produisant 40% d’électricité d’origine renouvelable d’ici 2030. Cette énergie participe également à la diversification du mix énergétique et contribue à le rendre plus résilient.

Cette filière énergétique offre de nombreux potentiels :

  • Une grande productivité : en mer le vent étant plus fort et plus régulier, les éoliennes produisent plus qu’à terre. Elles sont aussi plus grandes et plus puissantes.
  • Un gisement important : avec de grands espaces maritimes, la France possède le deuxième plus important potentiel éolien en mer en Europe.
  • Une technologie faiblement émettrice en CO2.
  • Une technologie compétitive : l’éolien en mer affiche des coûts à la baisse qui en font une des filières d'énergie renouvelable les plus compétitive. Les coûts du futur parc éolien en mer de Dunkerque sont à un niveau proche des prix de marchés de l’électricité.
  • Une filière créatrice d’emplois en France.
logo éoliennes en mer en Frannce

L’état des lieux de la filière en France

Depuis 10 ans, la France a appuyé le développement de l’énergie éolienne en mer en lançant trois procédures de mise en concurrence pour des parcs éoliens en mer posés en 2011, 2013 et 2016. Ils totalisent 3,6GW de puissance installée et sont répartis en sept projets :

  • sur la façade Manche Est –Mer du Nord (Courseulles-sur-Mer, Fécamp, Dieppe-Le Tréport et Dunkerque),
  • sur la façade Nord Atlantique – Manche Ouest (Saint-Brieuc, Saint-Nazaire et Yeu-Noirmoutier).

Quatre fermes pilotes éoliennes flottantes ont été attribuées en 2016 après un appel à projets de l’ADEME.

L’objectif que la France s’est fixé dans la loi Energie et Climat de 2019 est d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, avec comme objectif intermédiaire de porter la part des énergies renouvelables à 40% de la production électrique.

Le développement des énergies renouvelables électriques contribue d’une part à l’atteinte de nos objectifs climatiques,en se substituant à des moyens de production fossile, et d’autre part à améliorer la robustesse du système électrique et sa résilience, en permettant la diversification du mix énergétique.

Calendrier des procédures de mise en concurrence pour l’éolien en mer

La PPE 2019-2028, prévoit l’attribution de projets éoliens (posés et flottants) pour une puissance cumulée de 3,35 GW entre 2019 et 2023, puis 1 GW par an ensuite, conformément à la loi «énergie et climat ».

Le site internet Éoliennes en mer en France

Ce site présente les différents projets et parcs attribués d’éoliennes en mer sur chaque façade maritime de la France métropolitaine. Il permet de centraliser les informations relatives à chaque projet :

  • caractéristiques techniques,
  • documents de concertations,
  • études publiques réalisées sur les sites d’implantation...

Ces éléments seront publiés au fil des étapes de chaque projet.

Ce site a été élaboré par le Cerema à la demande de la Direction Générale de l’Énergie et du Climat (DGEC) du Ministère de la Transition Écologique. La DGEC a pour mission d’élaborer et de mettre en œuvre la politique relative à l’énergie, aux matières premières énergétiques, ainsi qu’à la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique.

La DGEC élabore et met en œuvre les politiques publiques sur l’éolien en mer. Depuis la loi pour un État au service d’une société de confiance (Site Légifrance : Loi n° 2018-727 du 10 août 2018 pour un Etat au service d'une société de confiance), la DGEC est chargée de :

  • saisir la CNDP en amont de nouvelles procédures de mise en concurrence,
  • réaliser des études sur les zones de projet (études géophysiques, géotechniques et état actuel de l'environnement).

Elle pilote également les procédures de mise en concurrence pour attribuer les projets.

Accès à la présentation de la DGEC